Crapouille ballon stade

Faire découvrir ce que l’on aime à nos petits ; voilà le plaisir que l’on découvre au fur et à mesure qu’ils grandissent, s’éveillent, s’intéressent.

Calanques en famille

On vous a déjà parlé des livres, de l’importance qu’ils ont dans la vie de Loulou et Crapouille. Aujourd’hui nous voulions davantage mettre l’accent sur les activités que nous, parents, nous exerçons et que nous pouvons être amenés à présenter et peut-être même à partager avec nos enfants.

Du côté de chez Sophie :

Crapouille grandit vite et participe de plus en plus à la vie de famille. On l’inclut de plus en plus dans nos activités, nos plannings. C’est comme ça que j’ai eu l’occasion de l’amener à un événement organisé par mon club de danse : deux heures d’initiation au flamenco. Crapouille étant un grand fan de musique mais adorant surtout voir sa mère se ridiculiser en tentant de reproduire les chorégraphies apprises en cours, je me suis dit que ça ne pourrait que l’intéresser.

Nous voilà donc partis dimanche matin pour le 68, rue Sainte et le centre Solea. Beaucoup de monde était présent à cet événement, de tous les âges (Crapouille étant le plus petit mais pas le seul enfant) et de tous les styles. Nous nous sommes installés dans un coin de la salle et nous avons attendu que le cours commence. Et là, mystifié le Crapouille. Accroché à mes bras tel un petit koala, nous avons commencé à suivre le cours tranquillement, d’abord les bras, puis les pieds. Puis en musique ! Et mon petit qui demandait « Encore, encore » et qui bougeait ses petites mains en (presque) rythme.

Nous n’y sommes restés qu’une demie-heure parce que l’heure du déjeuner (sacrée chez Crapouille) approchait mais j’ai adoré passer ce moment avec lui. Maintenant il sait où maman va quand elle va à la danse et ce qu’elle y fait.

Et parce que son père lui a déjà transmis une passion bien différente, il était ravi lorsque, nous attablant pour boire un café, il vit deux grands garçons qui jouaient au ballon. Et mon petit d’aller les voir en mimant le geste du pied et en leur disant « Bim ! » au cas où ils n’auraient pas compris qu’il avait bien l’intention, lui aussi, de taper dans le ballon. Parce que comme son père se plaît à lui rappeler régulièrement : « On mange ballon, on dort ballon, on vit ballon ! ».

Crapouille ballon

Du côté de chez Hélène :

Dès qu’il fait beau, on file à la pêche ! Le papa de Loulou est un vrai passionné et a transmis à son fils son amour de l’attente du poisson ! Il avait déjà pris la main ici-même pour vous donner ses astuces et conseils pour qu’une partie de pêche avec des enfants ne tourne pas à la catastrophe !
Par ailleurs les plantes et les animaux de toutes sortes font partie des centres d’intérêts récurrents chez nos minis et il faut bien dire que le papa a su garder cet engouement vivace. Aussi chaque balade que ce soit en pleine nature ou au Muséum d’histoire naturelle est prétexte à détailler petites et grosses bestioles, leur habitat, leur nourriture, leur mode de vie,… On a donc deux champions au jeu des animaux reçus à Noël dernier !!

Un dimanche à la pêche

Pour Hélène, c’est le chant qui fait partie intégrante de sa vie. Répétition de chorale hebdomadaire, réunions certains dimanches et bien sûr les concerts ! Si le lyrique n’est pas forcément le genre musical qu’on pense à présenter en premier à nos enfants, la représentation d’un opéra l’année dernière a été un événement captivant pour Loulou qui avait alors 5 ans. La mise en scène et les décors étaient minimalistes (voir inexistants), mais les personnages étaient vraiment incarnés et voir sa maman se transformer en sorcière dans certaines scènes a été un vrai plaisir ! Je vous rappelle que cet enfant est fan absolu d’Halloween 😉 Il a ensuite demandé à entendre l’histoire et certains airs pendant plusieurs mois après le spectacle.

Didon et Enée

Ainsi, quelques soient nos centres d’intérêt et l’âge de nos enfants, une transmission peut se faire, qui vient enrichir la relation que l’on tisse avec eux. Que nous chantions « Les petits poissons dans l’eau » à tue-tête à la façon d’un opéra, que nous cherchions le meilleur angle pour taper dans un ballon, que nous détaillions le mode de vie de la fourmi ou que nous frappions en rythme dans nos mains.
Et vous, dans quel univers entraînez-vous vos enfants ?

Un commentaire sur “De l’importance de la transmission”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *