Comment pêcher avec son enfant ?

Vous êtes désormais convaincus, la pêche a des vertus extraordinaires et en priver votre enfant serait un crime de lèse-enfance (oui, je viens de l’inventer !). Vous savez où vous rendre et vous avez évoqué l’idée devant votre loulou qui trépigne d’impatience, oui mais concrètement, ça se passe comment ???
Pas de panique, vous trouverez ici toutes les réponses à vos angoisses (enfin, celles qui concernent la pêche, faut pas exagérer non plus) !

Le matériel, les appâts et les techniques

Je vous propose ici deux « techniques » différentes mais ayant en commun l’essentiel du matériel nécessaire et permettant de s’amuser en prenant du (petit) poisson à moindre coût (moins de 15/20€ le tout : canne 6€, fil 3€, hameçons 1€, flotteurs 4€, plombs fendus 2€, plombs palangrotte 2€).

Deux enseignes jumelles se sont spécialisées dans la vulgarisation et le matériel à petit prix : Décathlon et Cabesto. Vous y trouverez tout le nécessaire. Cet article ne se voulant pas publicitaire, vous pouvez aussi vous fournir chez les petits détaillants locaux qui, en été, disposent souvent d’un matériel équivalent.

1.Le matériel :

  • Une canne à coup (canne simple sans moulinet et sans anneaux) de 3m pour les moins de 7 ans, 4m pour les moins de 10 ans.
  • Une bobine de fil de fin diamètre, entre 18 et 20 centièmes (de mm) en 100/150m
  • Des hameçons montés (avec fil) par paquet de 10, taille 14 ou 16 pour commencer. Notez que plus le chiffre est grand, plus petit est l’hameçon … Je sais, c’est pas logique …
  • Deux ou trois flotteurs dits « Toulousains » indiqués entre 1 et 2 grammes (ce poids indique le poids total nécessaire à lester la ligne afin de l’équilibrer… et que le flotteur fasse son office)
  • Des plombs fendus (en boîte avec différentes tailles de plombs) ce sont des plombs que l’on pince sur le fil. Attention ! Sur ces distributeurs de plombs, les plombs sont souvent indiqués comme ayant des poids « étranges » comme 1,34gr par exemple. Cela provient du fait qu’à l’origine ces poids étaient donnés en mesure anglaise (Oz, je crois) donc pas de correspondances. Au pire, il suffit de savoir faire une addition et de s’approcher sans le dépasser du poids limite indiqué sur le bouchon. De toute façon, si votre bouchon coule c’est que vous avez trop lesté. Un exemple : le bouchon indique 2gr et vous avez des plombs de 0,74gr, 0,16gr et 0,06gr : Vous pouvez faire : 2 plombs de 0,74gr (1,48gr) + 2 plombs de 0,16gr (0,32gr) + 3 plombs de 0,06gr (0,18gr) soit, en tout 1,48 + 0,32 + 0,18 = 1,98gr. La règle veut que ces plombs soient montés du plus gros (coté bouchon) au plus petit en approchant de l’hameçon
  • 4  plioirs qui vont vous servir,  soit de rangement pour les lignes de pêche au coup que vous monterez,  soit de « bobine » pour la pêche en technique « palangrotte »
  • Vous pouvez aussi utiliser des lignes toutes montées (comptez 1 à 2€ pièce, montées avec hameçons de 14 ou 16) et alors en prévoir 4 du fait du risque de casse
  • Pour la pêche à la « palangrotte », 2ème technique, la même bobine de fil, les mêmes hameçons, les mêmes plioirs + des plombs dits « palangrotte» de 5 ou 7gr.
  • Ajoutez à cela une petite paire de ciseaux pour couper les surplus de fil ou les morceaux de crevettes, une pince pour serrer les plombs sur la ligne, un vieux chiffon pour maintenir les poissons capturés ou s’essuyer les mains et un seau.

2. Les appâts

J’imagine déjà votre mine dégoutée d’avoir à composer avec des vers rampants et gluants, des mixtures malodorantes ou des bestioles qui sautent dans tous les sens, aussi va-t-on simplifier la chose avec deux appâts simples, neutres, faciles à trouver ou à préparer, et qui fonctionnent régulièrement :

  • La pâte : cette pâte crue, vous pouvez la préparer vous même ou la trouver toute prête (pâte feuilletée) ; elle est constituée de farine, d’eau et d’un jaune d’œuf. On peut imaginer  y incorporer d’autres choses comme des flocons de purée lyophilisée ou du fromage. Evitez toutefois le sucre, les épices et les huiles végétales qui n’ont que peu d’intérêt. L’important est que la pâte ne soit ni trop liquide, ni trop sèche … La consistance de la pâte à modeler en somme. Cette pâte sera  conservée au frais, la quantité nécessaire pour pêcher n’excédant pas la taille d’un abricot … Un peu plus si vous êtes optimiste. En effet, à chaque utilisation vous allez rouler une boulette entre vos doigts, l’équivalent de 2/3 grains de riz rond dans lequel vous allez planter l’hameçon et le cacher, quitte à remodeler un peu le tout.

Taille de l appât

  • La crevette : l’idéal ce sont les petites crevettes grises non cuites. Ici aussi, pas de quantités astronomiques, une dizaine de crevettes de 3/4 cm suffisent amplement. Le reste peut être congelé (ou recongelé mais en devenant évidemment inconsommable). A l’aide de vos ciseaux vous découpez de petits tronçons de 2/3mm et plantez l’hameçon au travers de la carapace et de la chair de façon à le cacher et en laisser dépasser la pointe.

3. Les techniques

Deux techniques sont accessibles à un jeune public débutant :

La « pêche au coup » traditionnelle : c’est la pêche au bouchon que tout le monde connaît. Surtout pratiquée en rivière, elle s’avère efficace en mer et, surtout, obéi à des principes aisément assimilables par les jeunes enfants : en gros, le bouchon coule, on soulève !
Une fois la ligne montée, il suffit de l’attacher au bout de la canne par une boucle fixée sur la pointe prévue à cet effet, l’astuce résidant dans le fait de monter une ligne plus courte de 50 à 70 cm que la canne (soit 2m30 à 2m50 pour une canne de 3m) afin que lorsque vous la relevez, l’hameçon vienne naturellement à hauteur de votre main libre.
D’un point de vue pratique cette pêche s’adresse essentiellement aux petits mulets (muges) qui trainent en quantité dans les ports mais elle peut permettre aussi de capturer de petites « saupes » voire de petits sars. Le principe est d’attirer les poissons sur un « coup » en surface, à portée de canne (3/4m), en y lançant de petits morceaux de pain sec (3/4) de la taille d’un pouce. Car c’est là la principale différence avec la pêche au coup en rivière : l’essentiel se fait très près de la surface, 30/40 cm au plus, et, en conséquence, votre bouchon (ainsi que vos plombs) doivent être coulissés de façon à ne laisser que cette longueur de fil dans l’eau. L’avantage étant que vous péchez non seulement à l’aide du bouchon mais aussi « à vue » puisque vous voyez le poisson mordre.
Mais revenons à la pêche : une fois les poissons présents, préparez de petites boules de votre pâte, de la même taille que celles utilisées pour pêcher, que vous lancez près du pain afin de les habituer à votre appât. Puis posez délicatement, par un mouvement de balancier, votre ligne non loin des amorces. Le bouchon coule profondément ? Soulevez la canne en donnant un très léger coup de poignet (ferrage). Le poisson est au bout ! Ou pas … En ce cas, réamorcer avec du pain et des mini boulettes de pâte, attendre un peu si les poissons se sont enfuis et re-poser la ligne. Ad lib…

La « palangrotte » : cette technique, utilisée traditionnellement en bateau, ne nécessite pas de canne et peut être pratiquée sur un quai.
5 m de fil sont attachés par un bout puis enroulés sur un support de type plioir. A l’autre bout de la ligne, un plomb de 5 à 7gr tend le tout. Vingt centimètres au dessus sera fixée une empile, morceau de fil de 15cm et son hameçon (v. schémas). Rien de plus ! L’hameçon est armé d’un morceau de crevette et à vous les quais !
Du bout des doigts vous faites descendre votre fil à la perpendiculaire, au plus près du bord, jusqu’à atteindre le fond. Le fil doit être tendu et le bras vers le bas. A la moindre sensation de traction vous levez le bras ce qui équivaut à un ferrage. Si ça gigote, c’est bon ! Sinon, remontez le tout afin de voir si l’appât n’a pas été volé. Et ainsi de suite. Notez que vous pouvez aussi remonter votre ligne lentement à la perpendiculaire du quai sur 50cm, faire un « stop » d’une minute, puis renouveler l’opération jusqu’à la surface. De nombreux poissons tels que les fameux « gobies » sont les hôtes de ces parois où viennent aussi s’alimenter de petits sars, blennies et poissons de roche.

Une variante de cette pêche, un peu plus « sportive », se pratique sur les digues. Dans ce cas, le fil est glissé dans les trous entre les roches jusqu’à arriver au fond. Les poissons y sont plus costauds mais encore une fois, gare aux chutes !

4. Les nœuds

Incontournables dès lors qu’il s’agit de pêche, il en existe une infinité. Là encore, le but sera de simplifier au maximum… Avec un seul nœud !
Pour ce, il faut d’abord apprendre à faire une boucle comme ci-après. Celle ci ne doit pas excéder 1 à 1,5cm de diamètre (celui du petit doigt). Une fois la boucle réalisée, il convient de couper le fil qui dépasse si nécessaire.Puis il faut maitriser le « boucle dans boucle » qui permet de réaliser les raccordements.

Avec cette boucle on pourra :

  • Accrocher la ligne à la partie prévue à cet effet en bout de la canne à coup.
  • Abouter (relier) en boucle dans boucle le corps de ligne au bas de ligne (fil + hameçon) pour la pêche au coup
  • Abouter en boucle dans boucle l’empile (fil + hameçon) sur le corps de ligne pour la pêche à la palangrotte comme ci-dessous

 

Le résumé en images

  • Le matériel

  • Les nœuds

  • Monter ses lignes soi même

Pêche au coup :

  1. Couper une longueur de fil équivalente à la longueur de la canne (vous ajusterez ensuite),
  2. Oter la tige du flotteur et passer le corps du flotteur dans le fil ; la partie « pointue » vers le bas de ligne (coté hameçon)
  3. Faire une boucle à l’extrémité coté bas de ligne (coté hameçon)
  4. Sortir un hameçon monté (avec fil) de sa pochette et couper le fil à 15cm au dessus de l’hameçon puis faire une boucle à l’extrémité
  5. Joindre le fil de corps de ligne au fil de l’hameçon (« bas de ligne ») par une boucle dans boucle
  6. Insérer la tige en bois dans le flotteur et le fixer à 30/40cm de l’hameçon
  7. Installer les plombs fendus correspondant au poids indiqué sur le flotteur, en taille décroissante entre le flotteur et l’hameçon, jamais à moins de 5cm de l’hameçon pour le dernier.
  8. Couper l’autre extrémité du fil de sorte que la ligne complète (de l’hameçon à la pointe) mesure 50 à 70cm de moins que la longueur de la canne. Faire une boucle sur cette extrémité. La fixer sur l’embout canne prévu à cet effet
  9. La ligne est montée !

Pêche à la palangrotte

  1. Dérouler 4/5m de fil, coupez puis fixez à une extrémité sur un plioir
  2. Enrouler ce fil sur le plioir jusqu’à laisser 50cm
  3. Réalisez une boucle au bout et fixez le plomb par le même système de boucle dans boucle, en utilisant le trou de fixation du plomb comme une boucle.
  4. 20cm au dessus du plomb, réalisez une boucle sur le corps de ligne
  5. Sortir un hameçon monté (avec fil) de sa pochette et couper le fil à 15cm au dessus de l’hameçon puis faire une boucle à l’extrémité
  6. Joindre la boucle réalisée su le fil de corps de ligne à la boucle du fil de l’hameçon (empile) par une boucle dans boucle
  7. La ligne est montée !

Rappel sur le montage de ligne palangrotte avec nœuds correspondants :

  • L’ « action de pêche »

Vous voilà paré ! Il ne reste plus qu’à acheter le matériel et trouver le jour propice. Et si vous profitiez de cette semaine du 15 août pour vous lancer ? Pensez à nous raconter ! Et à nous faire parvenir des photos 😉

Pêche en solitaire

Ferrage

 

Pêche seul Décrochage, il est gros ? Décrochage, pas mal pour un premier Fruit dune pêche acharnée

3 réponses pour “La pêche ! Pour qui, pourquoi… et surtout comment !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *