Au lit tout le monde page intérieure

Je dois dire qu’au départ je n’étais pas vraiment emballé. Une énième histoire sur les difficultés du dodo… Bof.

Il n’y avait guère que le sourire à la fois malicieux et incongru de la poule pour me pousser à passer en caisse*.

Si bien qu’au bout de trois ou quatre lectures… Rien. Finalement rien qu’une histoire d’animaux qui vont se coucher ; l’un d’eux a peur du noir, un autre va trouver LA solution géniale. Une solution d’ailleurs impossible à reproduire… Mouais.

Par bonheur les enfants ont, en matière de lectures, une persévérance qui confine parfois à la monomanie. Le mien ne faisant pas exception, j’ai dû relire 20, 30, 40 fois ? Au lit tout le monde ! Et peu à peu le ciel s’est éclairci. Ce livre que j’avais (trop) rapidement catalogué « Premier degré » et réduit à la problématique du coucher allait s’avérer bien plus riche de sens qu’imaginé.

Car Au lit tout le monde ! c’est d’abord diablement bien construit et dessiné ; tout en trouvailles, finesse, détails. Mais c’est surtout tellement optimiste ! Pensez donc ! Parvenir à faire cohabiter naturellement dans le même lit un loup, un agneau, un éléphant, une souris, trois chats, une poule, un lapin et un âne…

On pense alors immédiatement à une fratrie. Recomposée certes, hétéroclite, bigarrée aussi, mais finalement solidaire. Et chacun d’essayer d’y trouver sa place, au sens propre comme au figuré. Les petits jouent des coudes, usent de regards désarmants, de ruses même pour grapiller qui un coussin, un bout de couette ou un peu d’attention. Les grands prennent tout l’espace, ronchonnent, font mine d’autre chose, roulent des mécaniques, mais au bout du compte ne sont que bienveillance.

Et le coucher de se dérouler en un rite complexe, patiemment reproduit et ajusté afin que chacun puisse trouver sa place, et par là même le sommeil… Cela ne vous rappelle rien ?

Malicieux auteurs enfin qui jouent avec les codes et les représentations de ce bestiaire improvisé : le mouton tout doux et son doudou, le loup à la légendaire fringale, la poule dévouée qui elle aussi a bien besoin d’une bouillotte, l’âne instruit dévoreur de livres et la petite souris qui ne peut dormir sans son coussin… Celui de la dent de lait peut-être ?

La poule me sourit. Je referme l’histoire. Je regarde mon fils. Lui, avait tout compris. Et depuis le début. A présent ? Il dort…

*Quand je pense que j’ai acheté Au lit tout le monde ! sur l’énigmatique expression d’une poule. Un peu comme le gars qui un jour a acheté la Joconde, en somme.

Au lit tout le monde Couverture

Au lit tout le monde !
Audrey Poussier
L’école des loisirs
11,20 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *