Pomelo grandit page intérieure

Bon, d’accord, un éléphant minuscule, rose de surcroît, avec une trompe démesurée, et qui déambule dans un potager, soliloquant sur le sens de la vie tout en mangeant des fraises… Cela interroge le parent que vous êtes. Pour sûr, vous avez toujours associé la vision d’éléphants roses à la prise de substances plus ou moins licites. Mais là, point d’inquiétude, l’amalgame s’arrête à la couleur de peau et le jardin en question n’a rien à voir avec celui d’Alice… Quoique…

Le décorum et ses habitants servent le propos : le voyage initiatique, d’abord immobile, d’un Pomelo qui se questionne, se perd en conjectures, en problèmes existentiels ponctués de considérations, elles, bien plus terre à terre. Un mélange des genres auquel s’adonne(ra) inévitablement votre petit bout entre 3 et 6 ans.

Ici : « Qu’est-ce que grandir ? ». Vaste sujet. Physiquement ? Intellectuellement ? Moralement ? Et à quels rythmes tout ça ? Tout en même temps ? Step by step ? Est-ce définitif ? Sans retour possible ? Et au fond, est-ce si bien que ça de grandir ?

Aussitôt le dessin s’emballe, force le trait, caricature, se fait loupe, crée des comparaisons, oppositions, distorsions, joue à plein son rôle de divertissement et ce, pour le plus grand bonheur de notre jeune lecteur.

Car c’est là toute la force de Pomelo grandit que de créer ce miracle attendu : dans un monde onirique finalement plus proche du sien que le nôtre, l’enfant s’identifie, se confronte au questionnement/réponses du personnage, y trouve un écho, rebondit, compare et au final se construit.

Bravo !

Pomelo grandit couverture

Pomelo grandit
Ramona Badescu – Benjamin Chaud
Albin Michel jeunesse
13 €

Un commentaire sur “Pomelo grandit”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *